Eau

Le Grand Belfort met à la disposition des foyers de l’agglomération un kit économiseur d’eau. L’objectif de cette action, menée en partenariat avec l’Agence de l’eau, est de permettre à chacun de maîtriser sa consommation d’eau dont la ressource est devenue un enjeu majeur.

L’eau du Grand Belfort s’affiche grâce à une large campagne de communication. Elle est savoureuse, économique et écologique. Mais concrètement quels sont les avantages à boire l’eau du robinet ?

Depuis 2014, Le Grand Belfort agit pour préserver l’eau. Aujourd’hui, il accélère ses investissements pour sécuriser notre approvisionnement et trouver de nouvelles sources.

Actions
réalisées

  1. Réalisation de travaux à l’usine de production d’eau potable de Belfort et sur les zones de captage qui y sont liées, afin de réguler plus finement l’eau prélevée au milieu naturel ;
  2. Diminution du besoin d’énergie en privilégiant l’utilisation d’une pente et de la gravité pour capter l’eau, plutôt que les pompes lorsque la quantité d’eau disponible le permet (nappe haute) ;
  3. Respect du débit naturel de la rivière : les prélèvements sont limités en période de sécheresse pour maintenir la vie aquatique. Les puits qui impactent le moins le niveau de la Savoureuse sont alors privilégiés ;
  4. Optimisation du transport de l’eau entre la zone de captage et l’usine de production d’eau potable afin de limiter les pertes et réduire l’achat annuel d’eau auprès d’autres collectivités, ces travaux ont consisté :
  5. Entre 2010 et 2015 : à renouveler et automatiser l’Usine de Production d’Eau Potable, grâce à la mise en place de la télésurveillance de l’ensemble des équipements, comme les pompes ou les réservoirs, et à la mise en place de pompes de dernières générations consommant moins d’énergie ;
  6. En 2019 : à l’installation d’outils de pilotage à distance (vannes automatiques) sur la zone de captage des eaux ;
  7. Classement des zones de captage de Sermamagny et de Morvillars comme prioritaires au plan national, permettant l’obtention d’un soutien financier aux actions menées en faveur de la préservation de la qualité de l’eau telles que :
  8. Le Grand Belfort est partenaire de la Chambre d’Agriculture 25-90 pour améliorer la qualité de l’eau distribuée. Un Plan d’action agricole est mené et animé par la Chambre d’Agriculture 25-90 afin de sécuriser la ressource en eau vis-à-vis notamment de la présence de produits phytosanitaires et de nitrates. ;
  9.  Réalisation de travaux de grande envergure pour optimiser la collecte et le traitement des eaux usées afin de limiter leur rejet vers le milieu naturel par l’optimisation des réseaux de collecte et d’épuration avec :
  10. La construction d’une nouvelle station d’épuration à Vézelois ;
  11. La construction d’une nouvelle station d’épuration sobre énergétiquement à Trévenans ;
  12. La réhabilitation complète du processus d’aération de la station de Belfort ;
  13. Investissement annuel dans un programme d’actions sur le réseau des eaux usées permettant la lutte contre les intrusions d’eau claire qui peuvent saturer le réseau, générer une usure prématurée des équipements et augmenter la consommation d’énergie ;
    • La reprise des fuites grâce à une auto surveillance sur 13 points de mesures ;
  14. Réalisation de travaux pour éliminer les eaux claires parasites et ainsi réduire les déversements d’eaux usées dans le milieu naturel ;
  15. Remplacement des canalisations du réseau de distribution d’eau potable de Belfort et installation de plus de 700 compteurs d’eau communiquant pour détecter les fuites à distance, ce qui nous a permis de passer d’un rendement de 67,2 % en 2012, à 84 % en 2022, et d’économiser plus d’1 million de m³ d’eau chaque année (soit plus d’1 milliard de bouteilles d’un litre) et de réduire l’achat d’eau auprès d’autres collectivités ;
  16. Études, travaux et actions menées depuis 2018 dans le cadre de la restauration des milieux aquatiques et prévention des inondations (GEMAPI) ;
  17. Consolidation du barrage de l’étang des Forges afin de préserver la bonne santé de cet espace naturel, et de garantir la sécurité des riverains et des usagers ;
  18. Restaurer la continuité écologique de la Savoureuse sur un tronçon prioritaire afin d’améliorer les fonctionnalités de la rivière. Permettre aux poissons et sédiments de circuler et ainsi améliorer la qualité de l’eau. Les 3 seuils de Valdoie ont été supprimés, et un escalier permettant aux poissons de remonter le courant a été aménagé. D’autres tronçons prioritaires de rivières du territoire seront aménagés ;
  19. Association du Grand Belfort aux comités de pilotage concernant les révisions des Plans de Prévention du Risque Inondation de la Savoureuse et de la Bourbeuse, élaborés par l’État ;
  20. Soutien financier annuel (100 000 €) à l’entretien et l’exploitation des bassins de rétention des crues qui sont gérés par le Département ;
  21. Soutien financier au schéma d’aménagement et de gestion des eaux SAGE* de l’Allan, animé par l’établissement public territorial de Bassin Saône et Doubs, et participation au contrat de bassin du SAGE de l’Allan ;
  22. Sensibilisation des élus et des agents à la gestion intégrée des eaux pluviales au travers d’un guide, afin d’intégrer au mieux cette problématique dans les futurs projets ;
  23. Mise en place d’échanges avec la Chambre Interdépartementale d’Agriculture Doubs-Territoire et les professionnels du Territoire de Belfort, afin d’améliorer la qualité de l’eau distribuée (inciter à stopper l’utilisation de produits chimiques, phytosanitaires, etc.) ;
  24. Sélection de plantes ayant de faibles besoins en eau afin de limiter l’arrosage de nos espaces verts et jardins, comme le chêne à feuilles de châtaignier, le chêne de Bourgogne, l’érable champêtre, les micocouliers, et bien d’autres ;
  25. Mise en place de la récupération de l’eau de pluie pour l’arrosage des espaces verts de la ville ;
  26. Mise à disposition gratuite des usagers de kits d’économiseur d’eau en 2023 ;
  27. Utilisation des boues (ce qu’il reste après le traitement des eaux usées) de station d’épuration en compost pour l’épandage agricole ;
  28. Mise en place d’une démarche de sensibilisation, d’aide technique et de conseil aux entreprises pour régulariser les installations de traitement de leurs effluents non-conformes ;
  29. Sensibilisation des usagers :
    • sur le devenir des eaux usées et sur le recyclage des déchets toxiques comme les huiles de vidange ou la peinture afin d’améliorer le traitement des eaux usées et réduire les déversements d’eaux usées vers le milieu naturel, par le biais de divers canaux de communication ;
    • aux bons gestes en matière d’économie et de préservation de l’eau, par le biais de différents canaux de communication ;
    • sur l’impact environnemental des produits chimiques et aux produits écoresponsables pour limiter l’impact sur l’eau et les sols ;
  30. Sensibilisation sur l’eau, son cycle et son traitement en proposant des visites de sites aux écoles et au grand public ;
  31. Mise en place de 23 cuves de récupération d’eau dans des écoles depuis 2021.
  32. Refuser toute privatisation du service public de l’eau : actuellement assuré par le Grand Belfort, le service intègre une gestion durable de nos ressources en faveur de l’intérêt général. L’élection d’un vice-président en charge de la politique de l’eau garantit une gestion performante sous tous ses aspects :  technique, économique, social et environnemental afin de fournir une eau de qualité accessible à l’ensemble des habitants d’aujourd’hui et de demain ;
  33. Participation du Grand Belfort au plan de communication du SAGE* pour valoriser l’eau du Grand Belfort à l’échelle du bassin versant de l’Allan et sensibiliser les élus, le grand public et les enfants ;
  34. Promouvoir l’acquisition de cuves de récupération d’eau de pluie en proposant une aide financière aux particuliers ;
  35. Élaboration d’un guide sur la gestion des eaux pluviales pour les particuliers ;
  •  

Actions en cours
et à venir

  • Poursuivre le remplacement des canalisations et installation de compteurs d’eau, permettant d’atteindre et de maintenir un rendement compris entre 85 % et 90 % à long terme ;
  • Avec l’appui du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), le Grand Belfort a lancé une étude à l’échelle du territoire permettant de caractériser nos sols et proposer des secteurs propices à l’implantation de forages en vue de sécuriser la ressource en eau.
  • Requalifier l’UPEP* de manière à en faire un outil moderne et fiable pour délivrer une eau de qualité irréprochable ;
  • Requalifier le site du Via du Mont pour disposer d’un bâtiment moderne et ainsi accroitre l’efficacité du service des eaux du Grand Belfort ;
  • Lancer une étude sur la sécurisation durable de la ressource en eau, sous le contrôle du SAGE* Allan ;
  • Développer notre gestion patrimoniale au niveau expert, par l’amélioration de nos connaissances sur nos canalisations (âge, matériaux utilisés, diamètres, historique des casses pour cibler précisément les tronçons sensibles) pour la priorisation des travaux de renouvellement de réseau d’eau potable ;
  • Études, travaux et actions en cours et à venir dans le cadre de la restauration des milieux aquatiques et prévention des inondations (GEMAPI) :
    • Mise en place d’un PAPI* qui se décline à l’échelle du territoire de la SLGRI (Stratégie Locale de Gestion du Risque d’Inondation) qui regroupe plusieurs collectivités et est animé par l’Établissement public territorial du Bassin Saône et Doubs ;
    • Restauration de la continuité écologique de la Savoureuse au niveau de 6 seuils afin d’améliorer les fonctionnalités de la rivière, permettre aux poissons et sédiments de circuler et ainsi améliorer la qualité de l’eau ;
    • Restauration morphologique de 9 tronçons de rivières définis comme prioritaires ; 
    • Restauration d’ouvrages comme le barrage de l’Arsot à Offemont ;
    • Sécurisation de la vanne du canal du Martinet ;
    • Aménagement de la goutte Cheneau, un petit ruisseau partant de la réserve d’eau de Cravanche et qui passe sous les bâtiments de General Electric ;
  • Poursuivre l’optimisation de la collecte et du traitement des eaux usées avec :
    • La réalisation d’une étude sur la méthanisation des boues en vue d’exploiter les gaz produits dans notre réseau de chauffage ;
    • La réalisation d’une étude sur le devenir des stations de Denney et Bavilliers ;
    • L’élaboration d’un schéma directeur d’assainissement afin de mettre au point une stratégie de gestion des eaux pluviales et de programmer les travaux associés ;
    • La réhabilitation des clarificateurs de la station de Belfort ;
  • Mettre en place un système de diminution de la pression de nuit du réseau d’eau potable pour minimiser les volumes de fuite ;
  • Plantation d’essences d’arbres plus résistantes au changement climatique, notamment à la sécheresse, comme au square Émile-Lechten, où 38 arbres dépérissant ont été remplacés ;

*SAGE : schéma d’aménagement et de gestion des eaux
*PAPI : Programme d’Actions de Prévention des Inondations
*UPEP : Usine de Production d’Eau Potable 

Retour en haut