énergie

Pour faire face à la crise de l’énergie, la Ville de Belfort met en place un plan d’économie d’énergie en 11 mesures.

L’objectif ? Réduire sa facture d’énergie d’un million d’euros par an. 

La filière Énergie représente plus de 7 000 emplois dans le Territoire de Belfort, de par la présence d’Alstom et General Electric ainsi qu’un tissu dynamique de sous-traitants.

La Ville de Belfort s’équipe de véhicules électriques ou à assistance électrique pour nettoyer les rues. Glutton, triporteurs, ces outils permettent de ramasser les déchets plus facilement et rapidement.

Actions
réalisées

Mise en place d’un plan d’économie d’énergie visant à économiser 1 million d’euros par an :

 

Éclairage public :

  1. Extinction de l’éclairage public de 1 h à 5 h dans toute la ville de Belfort, à partir du 15 novembre 2022 ;
  2. Ajustement de l’éclairage public sur les horaires de lever et de coucher du soleil ;
  3. Arrêt définitif de toutes les fontaines à Belfort ;
  4. Baisse du chauffage des salles de sport selon les valeurs réglementaires (14°C ou 15°C selon le sport) ;
  5. Baisse de la température de l’eau des bassins des piscines du Grand Belfort (27°C bassin natation, 28°C bassin d’apprentissage, 29°C bassin ludique, 24°C bassin extérieur) ;
  6. Réduction du chauffage dans l’usine d’eau potable située avenue du Maréchal‑Juin à Belfort ;
  7. Baisse de 22,4 % des émissions de gaz à effets de serre de la Ville de Belfort liées à ses activités entre 2009 et 2020 ;
  8. Baisse de 12,5 % des achats de carburant du SMGPAP* entre 2017 et 2020 grâce au renouvellement du parc automobile de la Ville de Belfort en véhicules électriques, et au remplacement des véhicules d’ancienne génération fonctionnant au diesel par des véhicules équipés de motorisations plus efficientes et de filtres à particules 
  9. Baisse de 12,5 % des achats de carburant du SMGPAP* entre 2017 et 2020 grâce à l’acquisition de camions de collecte de déchets équipés d’un système hydraulique plutôt que d’un moteur ;
  10. Rénovation énergétique des bâtiments publics (écoles, équipements sportifs, bâtiments administratifs…) avec le remplacement progressif des chaudières vétustes (103 chaufferies majoritairement en bon état), la réalisation de travaux d’isolation, la mutualisation énergétique entre la patinoire et la nouvelle piscine du Parc, etc. ;
  11. Rénovation de la chaufferie des Glacis-du-Château en vue d’utiliser du bois plaquette au lieu du gaz pour alimenter le réseau de chauffage du quartier. Ce bois est fourni par des entreprises labélisées PEFC*, présentes sur un périmètre de 70 km, à hauteur de 76 % des besoins. Cela permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) à hauteur de 3 850 TeqCO2/an ;
  12. Remplacement de la première moitié des points d’éclairage public par un éclairage LED* (4 352 sur 8 039 point lumineux) ;
  13. Développement de l’utilisation des énergies renouvelables ;
  14. Production pour la revente d’énergie solaire photovoltaïque sur la base de vie Saussot et la maison de quartier des Forges à Belfort ;
  15. Mise en place d’un chauffe-eau solaire pour les besoins d’eau chaude du gymnase le Phare ;
  16. Mise en place d’une pompe à chaleur air/air à la Citadelle, qui exploite les calories présentes dans l’air pour produire de la chaleur, à la place d’une chaudière au fioul ;
  17. Utilisation de bois à granulés pour la chaufferie des tennis ;
  18. Raccordement de bâtiments communaux (Centre de Formation des Apprentis, cuisine centrale et gymnase Bonnet) et de logements de Territoire Habitat au réseau de chauffage urbain des Glacis du Château, en remplacement des chaudières à gaz naturel.
  19. Installation d’une gestion technique centralisée permettant l’automatisation des installations de chauffage de 49 sites de la Ville de Belfort selon les besoins de chaque site ;
  20. Acquisition de locaux commerciaux par le biais de Semaville, pour en assurer la rénovation énergétique, et les commercialiser ;
  21. Acquisition de véhicules et d’équipements électriques pour remplacer le matériel de propreté urbaine ;
  22. Nomination du projet Belfort e-Start en tant que lauréat du programme « démonstrateurs de la ville durable » lancé par l’État. Il s’agira d’un quartier qui produira lui-même l’énergie qu’il consomme ;
  23. Développement du programme « territoire d’innovation de grande ambition » visant à accompagner les entreprises vers l’industrie du futur (incluant la transition énergétique dans ce secteur), à créer une filière hydrogène, à développer des compétences numériques et à développer la culture de l’innovation. Ce programme intègre des actions pour décarboner le chauffage des bâtiments autour de trois projets :
  24. Dans le cadre du projet éco-campus, les 5 sites d’enseignement supérieur et de recherche seront réorganisés en 3 lieux réhabilités, dont la chaufferie actuelle sera remplacée par une chaufferie biomasse (des matières renouvelables pour produire de la chaleur) ;
  25. Soutien financier à Territoire Habitat pour la construction de deux bâtiments de quinze logements sociaux chacun, ou l’un sera équipé d’un système de chauffage fonctionnant à l’hydrogène, tandis que le second sera équipé d’un système classique, afin de comparer leur performance énergétique et leurs émissions de gaz à effet de serre ;
  26. Sensibilisation des commerçants belfortains concernant l’extinction de leurs enseignes, éclairages, écrans, etc. et la fermeture des portes de leur local lorsqu’un dispositif de chauffage ou de climatisation est en marche ;
  27. Versement de subventions aux communes membres du Grand Belfort dans le cadre du fonds d’aide aux communes, complété d’un accompagnement technique, pour la réalisation de divers projets, dont la rénovation énergétique de bâtiments municipaux, le remplacement de l’éclairage public par un éclairage LED, ou encore des opérations de plantation d’arbres, etc. ;
  28. Soutien financier aux communes membres du Grand Belfort dans le cadre du programme de valorisation du patrimoine communautaire, notamment en matière de rénovation énergétique (exemple de l’église d’Autrechêne) ;
  29. Soutien financier au laboratoire FC Lab*, référence nationale dans son domaine, notamment pour la création d’un banc de test haute puissance (projet Hyban), qui regroupe des équipes de recherches de Franche-Comté dans le domaine des systèmes de pile à combustible, afin d’en développer l’efficacité et les possibilités d’utilisation (une pile à combustible est un composant produisant de l’énergie par une réaction entre de l’hydrogène et l’oxygène présent dans l’air) ;
  30. Soutien financier à l’UTBM* dans le cadre des recherches menées par leurs laboratoires :
    • Le laboratoire Système et Transport (recherches portant sur l’optimisation des flux de circulation routiers pour réduire l’impact environnemental des transports) ;
    • le Laboratoire Mécatronique – Méthodes, Modèles et Métiers (pour l’élaboration de biomatériaux écoresponsables) ;
  31.  Soutien financier à l’Institut FEMTO-ST*, notamment à l’équipe spécialisée dans la conversion et la gestion de l’énergie, située à Belfort, afin d’assurer une production et une gestion d’énergie respectueuse de l’environnement (achat d’équipements scientifiques dans le cadre du projet éco-campus pour le laboratoire Femto via l’UTBM*) ;
  32. Prise en compte de l’empreinte carbone produite par les choix d’investissements des banques lors des souscriptions de prêts ;
  33. Élaboration du Contrat territorial de Relance et de Transition Écologique (CRTE), qui intègrera :
    • À court terme, le financement et la mise en œuvre du plan de relance ;
    • À long terme, le projet de territoire du Grand Belfort 2030. Ce contrat encadrera un ensemble de projets proposés par les communes membres du Grand Belfort en matière de transition écologique ;
  34. Élaboration du Plan Climat Air Energie Territorial (en cours). Il s’agit d’une démarche de planification, à la fois stratégique et opérationnelle. Il permet au Grand Belfort de coordonner la transition énergétique et climatique sur son territoire. Il sera soumis au vote du conseil communautaire, avant d’être présenté à l’État, qui pourra proposer des modifications. Le document amendé sera ensuite proposé à la consultation du public afin d’adopter la version finale ;
  35. Soutien financier aux très petites entreprises et aux collectivités, dans le cadre du Fonds Régional des Territoires en matière de numérisation des activités, de valorisation des productions locales et des savoir-faire locaux, de construction d’une économie locale durable, d’adaptation au changement climatique, et d’atténuation du changement climatique ;

Actions en cours
et à venir

  • Mettre en place un plan d’économie d’énergie visant à économiser 1 million d’euros par an :
    • Extinction nocturne de l’éclairage public des zones d’activités du Grand Belfort selon les horaires de fermeture des activités de chaque zone ;
    •  Remplacement par des LED* de l’éclairage intérieur et extérieur des bâtiments publics ;
  • Poursuivre l’objectif fixé par la loi Elan visant à réduire de 60 % nos émissions de gaz à effet de serre liées aux consommations d’énergies entre 2009 et 2050 (rénovation énergétique de 48 bâtiments planifiée) ;
  • Développer un écosystème dévolu à la production d’hydrogène vert, qui fera de notre territoire le cœur de la filière hydrogène en France, et renforcera notre indépendance énergétique, avec notamment :
    • La création de formations en lien avec l’hydrogène ;
    • L’implantation de l’institut national du stockage d’hydrogène ISTHY ;
    • L’implantation de l’entreprise McPhy, leader français de la fabrication d’électrolyseurs ;
    • La création d’une station de production et de distribution d’hydrogène écoresponsable, dans le cadre du Programme d’investissement d’avenir, à Danjoutin (au niveau de la station des 3 réseaux d’ici le printemps 2023). Cela permettra de décarboner les transports en commun, le chauffage de bâtiments et, à terme, le transport individuel ;
    • Implantation de l’entreprise H2SYS (Hydrogen to System), entreprise de production de groupes électrogènes à base d’hydrogène et spécialiste des systèmes de pile à combustible ;
  • Mise en circulation au printemps 2023 de 7 bus à hydrogène acquis en 2021, puis de 20 bus supplémentaires d’ici 2025. Ce projet est soutenu par l’ADEME*, et a été retenu dans le cadre de l’appel à projet européen « CEF – Transport – Blending facility », visant à accélérer la transition écologique dans le domaine des transports ;
  • Remplacement de la seconde moitié des points d’éclairage public par un éclairage LED (à partir de 2023) ;
  • Étude de pistes pour développer notre production d’énergie basée sur le solaire, telles que les toits des bâtiments et des installations au sol ;
  • Étude de pistes portant sur l’utilisation de biogaz en valorisant d’autres gisements potentiels, tels que les résidus de culture, les déjections animales, les biodéchets des ménages ;
  • Expérimentation en cours avec une benne à ordures ménagères électrique et un petit camion à hydrogène pour une éventuelle utilisation concrète à l’avenir, afin de réduire l’impact environnemental de la collecte des déchets ;
  • Installation de capteurs permettant d’assurer le suivi et le pilotage de la performance énergétique de deux bâtiments tests (l’école maternelle René-Rücklin et un bâtiment annexe à la Mairie en cours de rénovation), et d’optimiser les opérations de maintenance dans le cadre du projet « Territoire intelligent et durable » ;
  • Installation de détecteurs de présence reliés à l’éclairage sur les nouveaux projets lorsque cela est pertinent (comme sur l’aire de covoiturage ou la déchèterie de Fontaine) ;
  • Installation d’un éclairage uniquement destiné aux voies vertes pour les piétons-cyclistes et les traversées piétonnes au sein de la zone d’activité économique de l’Aéroparc de Fontaine, afin de réduire la consommation énergétique de la zone. Cela limite ainsi le nombre de points d’éclairage nécessaires, et donc nos besoins en matériaux et l’impact environnemental que leur production aurait induit ;
  • Installation d’équipements exploitant les énergies renouvelables dans chaque nouveau projet de construction (comme pour la construction du bâtiment visant à accueillir la fourrière et la Société Protectrice des Animaux (SPA) de Belfort dont l’étude de faisabilité intégrera la possibilité d’installer une pompe à chaleur ;
  • Construction d’une chaufferie au bois déchiqueté pour les serres municipales et les ateliers municipaux, selon l’étude de faisabilité en cours, ce site sera peut-être raccordé au réseau de chauffage urbain ;
  • Création d’un nouveau réseau de chaleur urbain depuis le SERTRID* de Bourogne ;
  • Création d’une ferme solaire composée de 90 000 panneaux ;
  • Acquisition de camions de collecte des déchets à énergie propre ;
  • Révision en cours du Règlement Local de Publicité (RLP), qui prévoit notamment l’extinction des enseignes publicitaires de 23 h à 7 h pour réduire la consommation énergétique du Grand Belfort, et garantir la protection des zones sensibles (dont les zones naturelles). Validé en Conseil municipal, il sera transmis aux personnes publiques associées et à la commission départementale nature paysage et sites afin de recueillir leurs avis. Il fera ensuite l’objet d’une dernière enquête publique avant son approbation en Conseil municipal (mi 2023) ;
  • Insertion de clauses sociales et environnementales dans nos contrats et marchés publics (Rapport du développement durable 2023) ;

*SMGPAP : Syndicat mixte de gestion de parcs automobiles publics

*PEFC : Programme de reconnaissance des certifications forestières. La certification forestière atteste de la gestion durable de la forêt et du respect de ses fonctions environnementales, sociétales et économiques.

*FC LAB : Fuel Cell LAB

Retour en haut